La Cuisine Américaine

L’ensemble des cuisines du monde

La gastronomie d’un pays reflète le plus souvent son identité et son patrimoine culturel. Celle des Etats-Unis est souvent comparée à la malbouffe. D’autant plus qu’avec la mondialisation du fast-food, la cuisine américaine a été mal interprétée. Ceci dit, le phénomène Heath eating et la nourriture bio est en train de gagner du terrain, notamment en Californie. Et la mode du « locavore » (un comportement alimentaire qui consiste à consommer des produits locaux) a pris d’assaut les Franciscanais. Il n’est donc pas impossible de bien manger en Amérique, il suffit juste de trouver le bon coin !

Les éléments de la cuisine américaine

Le petit-déjeuner ou le breakfast

Le breakfast prévoit des parts généreuses et variées. Il se commande le plus souvent au restaurant. Certains établissements se sont spécialisés dans cette voie, à savoir les coffee shops, les diners, les restos populaires et les cafétérias.

Leur carte mentionne une liste d’aliments où l’œuf est l’élément star avec des toasts beurrés comme accompagnement. En cuisine américaine, ils se consomment sous diverses formes : un œuf au plat servi avec des saucisses ou du bacon, une omelette aux herbes, un œuf brouillé, une omelette jambon-fromage, des œufs proposés avec des pommes de terre sautées ou poêlées ou de l’œuf avec du jambon grillé (ham).

Comme mets sucrés, on retrouve les pancakes. Ces derniers rappellent les crêpes bretonnes, mais dans une version épaisse et de petite circonférence. Le pain-perdu ou french toast, les pancakes et les gaufres dans le pur esprit américain sont imbibés de sirop d’érable. Les muffins sont fourrés de chocolat ou de confiture. Les brownies contiennent une dose de noix de pécan et sont nappés de caramel.

Le continental breakfast est une version allégée du petit déjeuner américain. Il se limite aux fruits (banane, fraise, cantaloup, mûre), aux céréales, aux jus de fruits (canneberge, pomme, ananas et orange) et aux yaourts. Le donut y est fréquemment représenté en cuisine américaine.

Le brunch (breakfast+lunch)

Cette coutume américaine se déroule tous les week-ends, plus précisément le samedi et le dimanche de 10h à 11h et de 15h à 16h. De nombreux établissements hôteliers ainsi que certains restaurateurs servent le brunch. Ce dernier est souvent accompagné d’un cocktail ou d’une boisson chaude. Depuis ces dernières années, il fait de plus en plus d’adeptes et se passe dans des lieux modernisés pour mettre en avant de nouvelles recettes, des produits du terroir ou encore des classiques américains revisités par les grands chefs de renom.

Le lunch (le déjeuner) et le dinner (le dîner)

Les restaurants ouvrent leurs portes à 11h et ferment à 14 h 30. Ces derniers rouvrent vers 17 h, hormis pour les grandes villes. Elles ont une tendance à dîner plus tôt (entre 17 h à 18 h). En semaine, trouver un resto ouvert après 21h est pratiquement mission impossible sauf pour les chaînes de fast-food.

Les mets présents à la carte sont différents le midi et le soir. Au déjeuner, le choix est réduit et le tarif est moins cher. Par contre, au dîner, les plats sont variés et le tarif est beaucoup plus élevé. Il peut arriver qu’un plat identique puisse coûter plus cher le soir. Ces tarifs appelés « early bird » avantagent les couche-tôt.

En ce qui concerne le lunch et le dinner en cuisine américaine, voici les formules disponibles :

  • Les today’s specials : indiquent les suggestions du jour. Leurs prix sont souvent plus chers par rapport aux plats du jour.
  • Les food halls et les food courts : Ils sont Ă©conomiques, rapides et fonctionnels. Ils consistent Ă  regrouper plusieurs stands de cuisine diffĂ©rente dans un mĂŞme espace et aussi des configurations variĂ©es comme les bars Ă  jus et Ă  smoothies, des barbecues, etc.
  • Les salad bars : les salades de cruditĂ©s, les salades composĂ©es, les sushis, les salades de fruits, les desserts… Une sĂ©lection disponible dans la plupart des supermarchĂ©s.
  • Les ACE ou les All You Can Eat : les plats abondent, mais sont de qualitĂ© moindre.
  • Les happy hours : entre 16 h Ă  19 h en jours ouvrables. Les bières et les cocktails classiques sont Ă  moitiĂ© prix. Parfois, la boisson est accompagnĂ©e d’un en-cas Ă  prix rĂ©duit.

Que manger et que boire ?

Le burger américain

Le burger américain est déclinable à l’infini dans la cuisine américaine. C’est une vraie recette de cuisine avec du pain, du fromage, de la viande, de la salade, de la tomate, de la sauce et des portions de frites. C’est le plat emblématique de l’Etat américain. La qualité du patty (steak haché) définit le hamburger. Certaines chaînes de fast-food servent des viandes bas de gamme pour améliorer leur rendement. D’autres chaînes plus fiables proposent des viandes juteuses, moelleuses et tendres.

Les salades

Les américains sont friands de salades en tout genre. Le coleslaw est une entrée cuisine américaine légère et délicieuse. Il peut être agrémenté de fruit comme les cranberries. D’autres salades incontournables sont la Cobb salad, la Caesar salad, etc.

Le barbecue

Cette tradition a puisé ses sources dans le sud des Etats-Unis et continue à faire du chemin depuis.

La viande de bœuf

C’est la viande la plus prisée aux Etats-Unis, mais il faut y mettre le prix. Sa tendreté provient de sa découpe qui est réalisée en perpendiculaire sur les fibres du muscle. Le Texas Style Beef Ribs est un plat cuisine américaine très appréciée comme le filet mignon, le ribeye, le T-bone et le New York Strip, etc.

Glaces et Pâtisseries

Le Carrot cake est un dessert cuisine américaine qu’il ne faut surtout pas rater. Il est parfois saupoudré de cannelle pour faire le bonheur des plus gourmands. Par ailleurs, le cheese-cake est un gâteau de fromage blanc dont le goût est rehaussé par des fruits ou du chocolat. Les célèbres cupcakes sont des gâteaux ronds de type génoise qui revêtent des couches de glaçage colorées et sucrées.

Les boissons

Alcoolisées

Les Américains sont conservateurs et rigides en termes de plaisirs « tabous », à savoir le sexe et l’alcool. Les bars, les bistrots et certaines boîtes de nuit exigent une autorisation aux consommateurs.

L’âge minimal pour boire de l’alcool est de 21 ans et leur vente ainsi que leur consommation sont strictement contrôlées. Boire dans les rues est donc passible d’amende. Le vin et les autres boissons alcoolisées sont achetés dans les liquor stores et les bières (Bud, ale, wheat, lager) sont accessibles dans les épiceries et dans les supermarchés.

Non alcoolisées

Floats ou ice cream sodas… Le concept est simple, une boule de glace vanillée est déposée dans un verre de soda ou de coca.

Les milk-shakes sont des boissons à base de lait mixées avec une louchée de glace à différents parfums (vanille, fraise, banane, etc.).

Les cocas et les sodas sont consommés tout au long de la journée dans la cuisine américaine. Dans certains fast-foods, ils sont servis en quantité illimitée, soit à la pompe soit en free refill.

Les smoothies sont servis dans les bars à jus. Ces cocktails de fruits ou de légumes sont mélangés à du frozen yaourt (yaourt glacé) ou avec du lait, des amandes, des noisettes, des céréales ou du soja. On y retrouve des compléments énergétiques.

Quant au thé, il peut être bu chaud ou froid. En ce qui concerne le café américain, il est dégusté à longueur de journée. Il se distingue par rapport à son grain : cappuccino, macchiato, frappucino, americano, drip coffee, etc. Les américains préfèrent le café aux dépens du thé. Celui d’origine américain est légèrement caféiné et est préparé avec de la crème et du sucre. Il est bu dans un gobelet en carton ou un mug, mais jamais dans une tasse.